Mon père et mon frère ne prient pas, Peuvent-ils me marier ? Qui prendre comme tuteur

Question:

 

Mon père et mon frère ne pratiquent pas la religion. D’après quelques fatawas que j’ai lues, leur tutelle est enlevée donc je ne sais pas si je dois choisir un frère dans le minhaj ou un imam (pour le mariage) sachant qu’ils n’acceptent pas que je me marie à mon âge, c’est-à-dire à 19 ans. Si je prends un tuteur mais qu’ils ne l’acceptent pas, mon mariage sera-t-il valable ? De plus, chez moi, ils ne connaissent pas cette pratique de prendre un tuteur. Dois-je leur expliquer ? Merci de me conseiller sheikh.

 

 

Réponse:

 

Tout d’abord, on ne sait pas ce que la sœur veut dire par « mon père et mon frère ne pratiquent pas ». Pour certaines, cela veut peut-être dire qu’ils ne portent pas la barbe, ne portent pas le qamis. Pour d’autres, cela veut peut-être dire qu’ils ne font pas de nawafils (actes surérogatoires), qu’ils prient seulement les prières obligatoires, qu’ils ne jeûnent peut-être pas le lundi et jeudi. Je ne sais pas. Pour d’autres, il ne va s’agir que de la sâlat ou de la zakat. Je ne comprends pas ce que veut dire exactement « qu’ils ne pratiquent pas la religion ».

Dans tout ce que l’on vient de citer, le plus important est la sâlat. Si le tuteur prie et que les autres choses, il ne les fait que de temps en temps voire pas du tout, cela ne l’empêche pas d’être son tuteur. Cependant, s’il ne prie pas, là se trouve la grande divergence entre les savants. Les savants divergent sur le fait de savoir s’il reste musulman ou pas dans le cas où il ne prierait pas. Le reste est secondaire. Je réponds donc que si le père prie, in cha Allah تعالى   c’est bien lui le tuteur même s’il a beaucoup de manque dans sa religion.

Quand la sœur propose dans sa question de prendre un frère comme tuteur, cela devient grave. C’est grave de prendre un frère comme tuteur alors que le père répond aux conditions (qu’il prie, etc.). Quel père accepterait-il de de voir sa fille se marier et que cette dernière choisisse un frère, un voisin ou quiconque comme tuteur alors qu’elle a son père.  Ce père l’a éduquée toute sa vie et elle décide de se marier sans son consentement. Il est très difficile à la famille d’accepter cela et particulièrement pour une famille conservatrice. Et Allah Le Très Haut est Le Plus Savant. Je conseille à la sœur de ne pas se précipiter, de ne pas se hâter au mariage. Des hommes qui cherchent à se marier, il en existe des milliers mais nous n’avons qu’un seul père et qu’une seule mère. Perdre ses parents à cause du mariage n’est pas une chose facile. Se marier et perdre ses parents, les voir se désavouer de leur enfant, cela est très difficile. Il y a des parents qui ne pardonneront jamais à leur enfant d’avoir fait ce choix-là. Malgré le fait de leur demander pardon, de les supplier, de leur envoyer des cadeaux, etc., la relation restera brisée à vie. Il vaut mieux y aller tout doucement en essayant de les convaincre, en patientant, en multipliant les douaas, etc. Qu’Allah nous en préserve et nous guide.

 

Date de dernière mise à jour : vendredi, 22 Juillet 2016